Festival d’Avignon, « Les flibustiers de l’imaginaire », par Marie-Caroline Neuvillers

dans Fest. Avignon 2011

Pendant le mois de Juillet, le Semioblog vous invite au festival d’Avignon.  L’autre soir, Marie-Caroline Neuvillers a rencontré des pirates.

Sur scène ils sont quatre : Rébarbatif, Barbara Gould, Barbotine et Barboteur. Ils sont flibustiers, et ils ont un problème : L’imagination un peu en berne ces jours-ci.

Enfin ça c’est ce qu’ils disent. En vrai, vous leur donnez n’importe quel mot et ils vous en font n’importe quelle histoire, pourvu qu’elle soit drôle.

L’exercice n’est pas facile : Le public leur donne un mot, un adverbe, une émotion, et tour à tour, ils doivent donner un court extrait de ce que « jalousie », « naviguer », « aïoli » ou « atchoum » peuvent bien leur évoquer. Inutile de vous dire qu’ils ne se laissent pas décourager comme ça.

Un extrait vous séduit ? Demandez-leur de le développer ! Vous vous retrouvez avec  Molière sur scène, ou des tentatives de mousse au chocolat cuisinée à partir d’œufs d’oiseaux en voie d’extinction, une belle-mère psycho rigide ou encore une bande de ramoneurs déjantés. Oui, c’est fou tout ce qu’on peut trouver en cherchant bien.

En chantant ou dans le noir, ils font mouche à chaque fois. On voudrait bien dire qu’il y en a un qui tire son épingle du jeu, mais en vrai ils sont tous les quatre excellents. On en mettrait bien un dans sa poche pour la vie de tous les jours, histoire d’improviser des excuses pas forcément crédibles, mais au moins hilarantes.

On vous conseille donc de revoir ce qu’est un adverbe avant d’y aller, on ne sait jamais ce serait dommage, et surtout d’aller faire travailler vos zygomatiques et leur imagination en même temps.

Marie-Caroline Neuvillers.

Jusqu’au 31 juillet au Cabestan, à 22 h 30 : clic, clic, clic.

Marie-Caroline Neuvillers est étudiante en deuxième année de Master Stratégie du Développement Culturel à l’Université d’Avignon et rédige un mémoire sur les réseaux sociaux sous la direction de Virginie Spies. Elle ne trouve jamais de place de parking pour se garer et se promet chaque jour d’apprendre à faire un créneau correctement. Vous pouvez également la suivre sur Twitter : clic, clic, clic.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu