Festival d’Avignon : « Molière dans tous ses éclats… la pédagogie par l’humour » par Virginie Spies

dans Fest. Avignon 2011

Parler de théâtre classique à des enfants, voilà qui pourrait faire peur. Aborder les textes, montrer les subtilités et même quelques techniques tels que la mise en abyme, l’aparté ou la didascalie, de quoi refroidir les plus optimistes. Stéphanie Marino et Nicolas Devort sont bien plus qu’optimistes, ils ont confiance : confiance dans le théâtre tel qu’il peut être, confiance dans le public et son imagination, et confiance en eux-mêmes. Et ils ont tout à fait raison.

Ils portent leur spectacle à bout de bras, mettant leur excellente technique théâtrale au service de plusieurs extraits de pièces de Molière. Du Bourgeois Gentilhomme aux Fourberies de Scapin, les scènes sont aussi drôles que justes, et permettent au public de découvrir ou redécouvrir des textes qui n’ont pas pris une ride. Ce spectacle est aussi l’occasion, pour les deux comédiens de parler de théâtre avec humour, de dire leur passion pour cet univers, mais sans mièvrerie. Plusieurs chansons trouvent une place très juste le long du spectacle, et  passant de la mélodie du film Le Parrain jusqu’à un rock endiablé.

Molière dans tous ses éclats est un spectacle drôle, vif, pétillant. Il montre qu’il est possible de jouer à jouer du théâtre, de faire de la pédagogie avec humour, et amuser les grands autant que les petits, par quelques allusions politiques ou d’actualité : « Avant d’arriver à la cour de Louis XIV, Molière a beaucoup galéré. Et c’est par solidarité avec lui, depuis ce temps là, que les comédiens font pareil ».

Il est évident que ces deux comédiens ne risquent pas de galérer (j’ai apprécié leur talent d’improvisation lorsque les plombs ont sauté cet après-midi, plongeant la salle dans le noir total), alors profitez de la pièce, car même sans lumière, Molière dans tous ses éclats brille encore.

Virginie Spies.

Jusqu’au 31 juillet à Avignon, toutes les infos ici : clic, clic, clic.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu