Festival d’Avignon, « une rencontre avec Jean-Claude Grumberg » par Virginie Spies

dans Fest. Avignon 2011

Il est un auteur dramatique majeur de la scène française. Nous lui devons de nombreuses pièces, jouées à travers le monde, telles que L’Atelier, Dreyfus, Sortie de théâtre ainsi que des pièces pour enfants. Il a contribué à l’écriture de nombreux scénarios, tels que Le dernier métro de François Truffaut, ou Amen de Costa Gavras. Il a même travaillé pour la télévision, aux côtés de Marcel Bluwal, et il continue d’écrire pour le petit écran. Il a obtenu un grand nombre de prix, dont six Molières, tant pour ses textes que pour ses adaptations.

Pendant le festival, le théâtre du Bourg Neuf organise des rencontres avec des auteurs. Ces rencontres sont appelées « Palabraises » par son initiateur, Daniel Hubert-Dupleix, le directeur artistique du théâtre. Elles sont ouvertes à tout le monde et sont gratuites. Il y a quelques jours, on pouvait donc rencontrer Jean-Claude Grumberg. Aux côtés de l’auteur, se trouvaient Stéphane Valensi et Marc Berman, respectivement metteur en scène et comédien de Maman revient pauvre orphelin, joué actuellement au théâtre du Bourg Neuf (clic, clic, clic).

Et les discussions furent passionnantes : de son rapport à l’écriture à son rapport au réel dans ses textes, Jean-Claude Grumberg est un auteur conscient de son art, et il ne craint pas d’aborder la question de ce travail sous quelque angle que ce soit. Non, dit-il, le réalisme au théâtre n’existe pas, il y a des signes, d’ailleurs, « tout est signe », une parole qui ne peut laisser indifférente une sémiologue.

Cet auteur est totalement ancré dans la le monde actuel. Il tient compte de la réalité économique du spectacle vivant, et sait bien que le nombre de personnages dans une pièce, par exemple, aura beaucoup d’influence sur la possibilité, ou non, de monter la pièce.

A la question de savoir s’il parle de lui-même dans ses textes, il répond qu’il y a toujours de l’intimité dans l’écriture, même dans le théâtre de boulevard, car il y a de l’intime dans tout, et que l’on ne peut écrire sans se représenter soi-même.

Il n’est pas non plus avare d’anecdotes, car celles qu’il a retenues et dont il témoigne en disent long sur cet homme, comme la manière dont il a commencé à écrire des pièces pour enfants : Il s’agissait au départ d’une commande, à laquelle il a répondu. Lors de la première représentation de la pièce (c’était en Angleterre), Grumberg a vu « des enfants de toutes les couleurs, et même des aveugles et des sourds » qui régissaient à sa pièce. Il a pensé alors que c’était ici que le théâtre se passait, c’est ainsi qu’il a continué à écrire du théâtre pour enfants.

Lorsque je lui ai demandé son rapport au texte, une fois qu’il est terminé, à savoir jusqu’où il était important que la pièce soit correctement mise en scène, il a expliqué que si c’était en effet essentiel, il a aussi conscience que le texte reste, et restera toujours. Le théâtre est pour Jean-Claude Grumberg l’expression de la démocratie, il y a donc plusieurs auteurs : celui qui a écrit la pièce, mais aussi le metteur en scène, et bien entendu les comédiens. Oui, il écrit pour la télévision, mais s’il le pouvait, il n’écrirait que pour le théâtre, c’est le fondement de sa pensée, et ce qui l’anime.

Jean-Claude Grumberg est un « Monsieur », au sens où, au-delà de son œuvre, qu’il continue de construire, cet auteur aime témoigner et transmettre, en ayant un discours emprunt de modestie.

Les rencontres se poursuivent ce lundi 25 juillet à 12 h 45, dans la salle bleue du théâtre du Bourg Neuf, ou le public pourra rencontrer Israël Horovitz

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu