Twitter et Europe 1 : Tous reporters ?

dans Internet, Medias

Ce matin, dans la matinale d’Europe 1, Bruce Toussaint citait très fréquemment les messages Twitter des auditeurs qui parlaient de la SNCF.

Les twittos commentaient le changement d’heure sur le réseau, envoyaient des photos, racontaient leur matinée dans le train, et c’était repris par l’animateur, en plus des reportages sur la question.

Il me semble que cette nouvelle manière de faire l’info. pose problème : les auditeurs écoutent la radio pour être informés, non pour écouter les micro-récits des usagers

Derrière cette façon de faire, on sent bien l’envie d’être plus proches des auditeurs, de leur donner le sentiment qu’ils peuvent intervenir. C’est ce que font la plupart des médias depuis longtemps, mais la durée a changé. Nous sommes passés du courrier du public aux appels téléphoniques, puis aux SMS, et désormais à la toile : le temps est compressé. Par ailleurs, les messages ne sont plus directement adressés à la station de radio elle-même, mais sur le réseau Twitter, avec le hashtag #SNCF. C’est ce mot clef qui est utilisé par Bruce Toussaint pour citer les témoignages.

Mais voilà : si la parole du témoin peut avoir de l’intérêt pour illustrer des faits, les témoignages ne font pas l’information, ils n’expliquent pas, ils décrivent. C’est ce que font déjà les journalistes de la station, et ils le font très bien.

Les médias généralistes cèdent à la tentation Twitter et se jetent sur le réseau comme s’ils venaient de découvrir l’Amérique. Oui, Twitter est une formidable source d’information pour ceux qui y sont, mais de là à reprendre les messages pour en faire du témoignage radiophonique par le biais de la citation, il y a le risque de se perdre dans les détails, et de parler pour parler.

Ce constat, il est possible de le faire aujourd’hui dans de nombreux médias. Avec les messages Twitter repris partout, on a l’impression que Twitter est devenu la mesure de toute chose. Nous sommes en plein dans le fantasme de l’information qui pourrait être faite par tous, tout le temps, à propos de n’importe quel sujet. Or l’information c’est d’abord du traitement, de la hiérarchisation, et un métier.

A trop céder aux sirènes de l’information en continu on imagine déjà qu’après Twitter, les médias vont passer à autre chose, et qu’en attendant cela, ils réduisent la force du réseau social à une somme de gazouillis qu’ils arrangent pour coller à leur projet éditorial.

Mais Twitter est bien autre chose que cela, bien plus que du témoignage, c’est un lieu d’échange, de partage, et même un lieu d’émergence du discours politique.

L’intégration des médias les uns aux autres a encore du chemin à faire.

Virginie Spies.

A lire aussi

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

DMPP #6 – A quoi servent les animateurs télé ?

Pourquoi on adore (ou on déteste) certains animateurs télé ? Quel est leur pouvoir ? Qu’est-ce qui se joue ? Et

En lire + ...

One commentOn Twitter et Europe 1 : Tous reporters ?

  • En effet, twitter semble être la source de « tendance » des journalistes (et pas seulement sur Europe1… qu’on se rappelle notamment l’affaire DSK (chez Olivier Ertzscheid (Affordance.info) ou encore tout le tintamarre sur twitter et les révolutions arabes dans la plus part des médias…
    Mais on ne peut pas leur en vouloir:
    – twitter est dans une phase symptomatique de l’appropriation qui serait celle de l’enchantement, il n’y a pas encore la distance critique mise à l’œuvre.
    – twitter entre dans la culture journalistique comme étant un renouvellement du télescripteur et de la dépêche d’agence. On revient donc à une pratique professionnelle du journalisme événementielle plus « spectaculaire » que celle du journalisme d’enquête.
    – A l’heure où l’on traque les faîbles coûts, twitter est un peu l’AFP du pauvre.

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu