Le dindon, une recette qui régale le festival d’Avignon, par Virginie Spies

dans Fest. Avignon 2012

Il y a différentes de manières d’accommoder Le Dindon : de façon classique, de manière moderne, ou carrément contemporaine, bref, Le Dindon, nous l’avons tous goûté au moins une fois, et il était plus ou moins digeste, selon les sauces et leurs accompagnements.

Eh bien Le Dindon, donné actuellement à Avignon au Collège de la Salle, c’est encore un autre Dindon, et même un excellent Dindon. Je n’ai pas pu récupérer la recette exacte de ce Dindon là, mais j’ai au moins pu en saisir quelques ingrédients :

. Prenez de l’énergie (beaucoup), n’hésitez pas à en remettre si nécessaire tout au long de la cuisson,

. Ajoutez une bonne quinzaine de personnes (talentueuses), confiez leur le texte du Dindon de Feydeau. Si nécessaire, coupez dans le superflu, pour ne garder que le meilleur,

. Emincez (tout autour) avec de la musique tzigane, emportée par un groupe d’artistes qui seront incorporés avec justesse à votre préparation,

. Travaillez, travaillez encore la mise en scène, jusqu’à parvenir à un résultat coordonné, harmonieux, donnant l’impression que tout est possible, que tout peut arriver,

. Pour la farce : saupoudrez avec un zeste de loufoque, ajoutez un brin de burlesque et une pincée d’absurde (une pincée),

. Faites réduire le tout avec une dose de folie, ne vous formalisez pas sur le vraisemblable, du moment que les ingrédients ci-dessus (et notamment les comédiens) sont excellents.

Laissez prendre pendant 1 h 15, retirez du feu, servez immédiatement. Régalez-vous !

Virginie Spies

Jusqu’au 28 juillet à 17 h 15 au Collège de La Salle : clic, clic, clic.

Vous pourrez les retrouver du 8 janvier au 17 fevrier 2013 au theatre 13 à Paris.

Avec, entre autres, Aurélia Decker qui continue par ailleurs avec succès son one woman show, et dont nous avions déjà parlé sur le Semioblog ici (clic, clic, clic) et ici (clic, clic, clic).

 

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu