Mircea Cantor, la dynamite et le Forum 2012

dans Forum d'Avignon 2012

Lauréat du prix Marcel Duchamp en 2011, Mircea Cantor est un artiste roumain travaillant sur des supports multiples, depuis la vidéo jusqu’à la sculpture en passant par la peinture. C’est sa première participation au Forum d’Avignon, dont l’ouverture a été l’occasion pour lui de réaliser une performance à la Collection Lambert. Interview express entre deux ateliers de réflexion.

Semioblog – Quels sont vos objectifs en venant au Forum d’Avignon ?

Mircea Cantor – Déjà, c’est une invitation inattendue à participer à un forum où beaucoup de gens sont impliqués… Des politiciens, des économistes, des artistes aussi. Donc je me suis demandé ce que j’allais pouvoir faire en tant qu’artiste, quelles sortes d’interventions j’allais pouvoir développer. Je savais qu’il y avait l’angle de la Collection Lambert, qui est aussi ma galerie à Paris et qui me représente depuis dix ans. Je leur ai proposé de faire une performance qui, à mon sens, fait écho avec tous les débats qui se déroulent ici. Cette performance, c’est une brûlure de texte à la mèche de dynamite sur un mur où est inscrit « sic transit gloria mundi », ce qui signifie « c’est ainsi que passe la gloire du monde ». Cela fait allusion au rituel d’intronisation des papes, où un moine vient devant lui et brûle une mèche. Il s’agit de rappeler l’éphémère et l’illusoire du monde.

S – C’est votre première participation au Forum ?

MC – Oui, c’est la première fois.

S – Votre travail tourne beaucoup autour du sens qui est attribué à la création…

MC – (Rires) Je ne sais pas si mon travail tourne réellement autour du sens attribué à la création. Il faut aller voir l’exposition qui est en ce moment au Centre Pompidou jusqu’au 7 Janvier. Suite au prix Marcel Duchamp que j’ai eu en 2011, j’ai pu, en tant que lauréat, réaliser cette exposition personnelle. C’est une merveilleuse occasion de partager ma création.

S – La thématique du Forum cette année est « Les raisons d’espérer de la culture ». Quelles sont vos raisons d’espérer de la culture aujourd’hui ?

MC – (Rires) Toutes ! Il y a beaucoup de raisons d’espérer. Je suis d’origine roumaine et suis venu en France il y a 13 ans. C’était déjà une occasion d’espérer par le biais de la culture avec un horizon très large. Pour moi, c’est une raison très forte.

Propos recueillis par François Theurel.

A lire aussi

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu