« La nouvelle édition », l’invité un atout de crédibilité, par Marie Argemi

dans La Nouvelle Edition Canal+, Medias, Télévision

Pendant plusieurs semaines, le Semioblog analyse La Nouvelle édition, diffusée en clair sur canal + à 12h20. Aujourd’hui, Marie Argemi observe les invités de l’émission.

Recevoir un invité à « La Nouvelle Édition » c’est tout un art. Si l’émission est bruyante et détendue, que l’on se coupe la parole, ce n’est qu’entre chroniqueurs. L’invité, lui, on le respecte et on le soutient. Certes, s’il parle beaucoup, Ali Baddou, dans le terrible rôle qui est le sien, se doit de le couper et de ré-enchérir. Mais la parole de l’invité est respectée. En même temps, là est le but.

Des spécialistes 

Faire venir un invité n’est pas anodin. L’objectif est de donner plus de valeur à l’information, en permettant une vérification immédiate. La personne invitée doit donc absolument savoir de quoi elle parle, être spécialiste de la question. Que ce soit en étant journaliste, scientifique, politique, ou simple témoin, le vécu est une nécessité. Pour parler des scandales économiques du gouvernement, qui de mieux alors que Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes spécialistes des affaires politico-financières ? De même, pour parler de la politique de l’ancien ministre de l’intérieur Emmanuel Valls, pourquoi pas un flic marseillais dans le métier depuis plus de vingt ans ? Bref, vous l’aurez compris, la crédibilité est la clé d’un bon invité.

Le principe de promotion

Mais, cela ne vous aura pas échappé, toute chaîne de télé qui se respecte se doit de faire de la promotion. Et Canal + ne déroge pas à la règle ! Qui dit actualité dit média, et à quoi bon faire venir un invité dont on n’entend pas parler ? Le livre – la plupart du temps – est donc montré en gros plan et cité plusieurs fois lors de l’entretien. Cela concerne surtout des sujets de société comme la condition de la jeunesse à l’occasion de la sortie des Affamés de Léa Frédéval. Mais parfois, les raccrochages sont étranges : alors que Lizarazu était venu parler de la protection des océans et d’une opération qu’il organisait avec son association, il s’est finalement avéré qu’il avait réalisé un second documentaire de Frère de Sport pour Eurosport… à la montagne.

Plus encore : depuis quelques temps que j’observe La Nouvelle Edition, j’ai noté qu’il y avait peu (voire pas) d’acteurs ni de chanteurs, contrairement au Grand Journal. Pourtant, à l’occasion de la sortie de la dernière saison de Mafiosa – événement notable je l’accorde – l’invité bénéficiant des presque neuf minutes sacrées n’était ni plus ni moins que l’actrice principale Hélène Fillières (Sandra Paoli). Une auto-promotion qui ne passe pas inaperçue.

Le message des invités mis en valeur

Malgré cela, on ne peut s’empêcher de constater que, quelque soit le sujet Ali est à fond dedans. Chaque parole est « impressionnante », « exceptionnelle » ou « incroyable ». La conséquence ? Il donne une valeur et une portée aux propos de l’invité et les fortes marques d’énonciation utilisées agissent sur notre réception. Lors de l’intervention de Dounia Bouzar, anthropologue, pour parler du djihad, l’objectif était de sensibiliser à la radicalisation des jeunes. Alors, Ali Baddou a beaucoup insisté sur les mots « détresse », « émotion », « frappant » et les questions se sont axées sur un exemple, celui d’une jeune fille partie en Syrie dont le frère était présent pour ajouter à l’empathie. Les invités sont très souvent engagés et, l’intérêt qui est montré par l’ensemble des chroniqueurs chaque semaine donne de la force au message. Lorsqu’il est en accord avec celui-ci, Ali Baddou ne se gêne pas pour le défendre. La manière dont est mené l’entretien permet de donner une voix plus grande à des personnes qui n’en n’ont pas forcément l’occasion, et plus d’importance à des phénomènes ignorés.

Crédibilité, publicité et portée tels sont donc les critères de sélection de l’invité de La Nouvelle Édition de Canal +. Mais finalement, c’est la manière de guider l’entretien qui est intéressante, et non pas tant le choix de l’invité. Défi relevé.

Marie Argemi.

Marie Argemi, est étudiante en deuxième année de Licence Information et Communication à l’Université d’Avignon. Vous pouvez la suivre sur Twitter : clic, clic, clic.

A lire aussi

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

DMPP #6 – A quoi servent les animateurs télé ?

Pourquoi on adore (ou on déteste) certains animateurs télé ? Quel est leur pouvoir ? Qu’est-ce qui se joue ? Et

En lire + ...

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu