« Airnadette, la comédie musiculte » : un objet musical non identifié plane sur le festival d’Avignon

dans Fest. Avignon 2014

Après une tournée triomphale en France, en Europe et même aux Etats Unis, c’est finalement dans la cité papale que la troupe des Airnadettes a posé ses fausses guitares et ses faux micros dans le cadre de cette 68e édition du festival d’Avignon. En effet, si nous avons utilisé l’adjectif « faux » c’est bel et bien qu’il s’agit d’un spectacle entièrement réalisé en playback dans lequel les artistes performent à l’aide de brosses à cheveux en guise de micros (oui, comme vous dans votre salle de bains) et de costumes complètement déjantés. Durant une heure et dix minutes, la troupe qui se compose d’une dizaine d’artistes, menée tambour battant par l’ultra dynamique Gunther Love, (double champion du monde de airguitar, excusez du peu) nous offre tout un pan de la pop culture aussi variée soit-elle en revisitant des chansons populaires appartenant au répertoire d’artistes tels que Queen, Les Rois du Monde, Red Hot Chilli Peppers et même Britney Spears.

Pour construire l’histoire du spectacle, les Airnadettes ont également utilisé plus de 300 répliques cultes de films qui offrent ainsi aux spectateurs des moments aussi absurdes que drôles. Entre théâtre, mimes et concert, le spectacle ne laisse pas une minute de répit tant tout s’enchaine très vite. Le résultat est tellement original, et tellement drôle que même les plus frileux ne pourront résister à l’énergie positive dégagée par la troupe, en constante interaction avec le public. On en ressort avec qu’une seule envie : faire la fête et chanter avec ses potes !

Samir Boulkout.

Tous les jours jusqu’au 27 juillet à 23h03 au Théâtre des Trois Soleils : clic, clic, clic.

 

Samir Boulkout est un jeune diplômé en Master Stratégie du développement culturel mention publics de la culture et communication. Il est l’auteur d’un mémoire rédigé sur deux ans (dû essentiellement à un manque d’inspiration) sur la télévision sociale et sur la pratique du live-tweet des émissions de télévision. Cinéphile compulsif et sérivore pathologique vous pouvez notamment suivre ses remarques et pensées non dénués d’humour sur Twitter par ici : clic, clic, clic.

A lire aussi

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu