Gustave Parking : « Avec le festival OFF, Jean Vilar a gagné »

dans Fest. Avignon 2014

 

Il est l’une des figures du festival OFF d’Avignon. Dans son spectacle, il joue avec les mots et avec les objets. A la fois clown, philosophe et poète,  cet « intégriste de la tolérance » délivre un message humaniste caché sous un humour décapant. Pour le Semioblog, j’ai posé trois questions à Gustave Parking.

Vous êtes de retour avec votre spectacle, ça fait combien de temps que vous fréquentez le festival ?

Ça fait 15 ans que je viens, une année sur deux. A Avignon, mon spectacle est vu par de nombreux programmateurs, et cela me permet de le faire tourner par la suite.

Lorsque j’ai vu votre spectacle, la salle était pleine, vous avez un secret ?

Aucun secret, le succès d’un spectacle dépend de nombreux facteurs. Certes, il y a la communication, les médias, le tractage, mais d’après ce que je peux voir depuis 15 ans, ceux qui marchent sont des spectacles de qualité. Voyez les pièces qui reviennent depuis plusieurs années et qui connaissent le succès, ce sont les meilleures, et le bouche à oreille fonctionne : les spectateurs discutent entre eux dans les files d’attente. Notre meilleur argument, c’est le public.

Comment choisissez-vous les lieux où vous jouez ?

Ce n’est pas évident. Cette année, j’ai choisi le Collège de la Salle car c’est un lieu qui est apprécié par les programmateurs et qui a un public assez varié. Il y a deux ans, j’étais dans un théâtre rue de la République plus populaire, mais boudé par les programmateurs et c’est dommage.

Pour moi, la force du festival d’Avignon est d’avoir un public multiple. Il y a de tout, le public peut-être partout, aussi bien dans un théâtre très populaire que devant une pièce plus classique. Chaque individu est particulier et à Avignon, les classes sociales se mélangent, c’est ça qui rend le festival intéressant. Je crois qu’avec le OFF, Jean Vilar a gagné.

Virginie Spies.

Gustave Parking, jusqu’au 27 Juillet au Collège de la Salle à 18 h 40 : clic, clic, clic.

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu