Entracte, le génie de l’insolence

dans Fest. Avignon 2016

Jean-Michel Boch ou Jean-Michel Bochelin, voire Jean-Mi Bochard, comme on veut, puisqu’il adore qu’on écorche son nom, nous offre un intrigant et fou Entracte.

Un spectacle qui n’en est pas un ? Une performance qui n’en est pas une ? Faut-il partir ? On ne sait pas, on ne sait plus, on doute, et pourtant cramponné à notre fauteuil on rit.

On ne badine pas avec le théâtre, cependant, pendant une heure grâce à Jean Michel Boch on rit de ce monde aussi merveilleux qu’absurde. Ah ce beau monde du théâtre, qu’il est beau, et qu’est-ce qu’on l’aime et parce-que qui aime bien, châtie bien, que c’est bon de se moquer de lui, de toutes ces professions et même de nous, les spectateurs.

Entracte tâcle, mais c’est fait avec tellement d’amour, tellement d’humour qu’à la fin cela en est touchant et qu’une heure c’est peut-être trop court. Oui, à la fin plus de doute personne ne veut partir…

Judith Caceres

Entracte au festival d’Avignon jusqu’au 30 Juillet à 20h30 au théâtre du Pandora (clic, clic, clic)

Quelques mots sur l’auteur

Judith Caceres est en 3ème année de Licence information et communication à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, c’est une vraie pipelette. Elle a fait de son monde un petit théâtre, à chaque jour sa tirade. Le festival d’Avignon :  son terrain de jeux, vraie passionnée, elle adore donner son avis, elle adore râler aussi, mais toujours avec le sourire.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu