« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

dans Festival Avignon 2017

 

C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman,

C’est une maman qui est atteinte de la maladie d’Alzheimer,

Ce sont deux personnes qui se doivent beaucoup,

Ce sont deux femmes qui n’ont plus rien en commun,

Ce sont deux êtes qui ont tout à se dire.

« Avant que j’oublie » est cette histoire, mais c’est en vérité beaucoup plus. C’est l’interprétation sensible de Marie-Hélène Goudet, qui passe d’un personnage à l’autre avec une telle subtilité que l’ont voit tour à tour la mère et la fille. C’est aussi une réflexion sur ce qui fait que, quel que soit notre âge, nous gardons en nous ce que nos parents ont pu nous donner, mais aussi ce qu’ils ont pu manquer. C’est une histoire d’amour, l’histoire du lien indéfectible qui nous lie à nos parents même lorsque la mémoire fait défaut. Ce sont des moments d’émotion et d’humour, une pièce dont la justesse nous rappelle que c’est bien la mémoire qui fait la profondeur des Hommes, mais qui montre aussi que l’oubli peut permettre de libérer les mots. A voir absolument.

Jusqu’au 30 Juillet à la MAISON IV DE CHIFFRE

http://www.avignonleoff.com/programme/2017/avant-que-j-oublie-s19248/

Virginie Spies

A lire aussi

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu